Lettre de Darmstadt, le 19 février 1788

Lettre de Darmstadt (Duché de Hesse) du 19 février 1788 pour Forbach (par Mannheim et Deux-Ponts) avec taxe manuscrite 8 barrée et remplacée par une taxe de 9 sols.

 

Darmstadt le 19 février 1788

         J’ai bien reçu vos deux lettres, mon cher et bien aimé Guillaume, la première m’a préparé au triste événement que vous m’annoncez aujourd’hui. Je regrette sincèrement mon bon Kéralis. Je lui dois la plus grande obligation, c’est lui qui m’a appris le peu que je sais. Je perds en lui un bien bon ami. Je vous plains mon bon ami, d’avoir eu ce triste spectacle sous vos yeux, je connais   votre bon cœur, il doit avoir bien souffert. Mes hommages à la bonne amie, à votre femme et à votre belle-sœur. J’embrasse vos enfants. Ma belle-mère, ma femme, sa sœur et la princesse héréditaire vous font mille amitiés. Adieu mon cher Guillaume, je vous aime et vous embrasse de tout mon cœur.

 

Le destinataire était Guillaume de Deux-Ponts, fils de Marianne de Forbach et de Christian IV de Deux-Ponts, frère cadet de Christian de Deux-Ponts baron de Deux-Ponts et comte de Forbach. Guillaume, né le 17 juin 1754 prit après la mort de son père (1755) les titres de vicomte de Deux-Ponts et de chevalier de Forbach. Il fut colonel en second du régiment de Deux-Ponts et participa à la bataille de Yorktown pendant la Guerre d’Indépendance d’Amérique.

 

Il fut l’époux de Martine-Roger- Françoise-Adélaïde de Polastron (Polignac). Il émigra au début de la Révolution et entra au service de la Bavière. Il décéda à Munich comme capitaine de corps des archers du roi Maximilien Ier Joseph  de Bavière. Ce dernier avait servi dans l’armée française avant que la succession de Bavière lui soit garantie par le traité de Teschen (1779) et fut Duc de Deux-Ponts (1795) à la suite de son frère.

 

Le défunt De Kéralio Louis-Félix-Agathon était né en Bretagne le 23 mars 1723, maréchal français, inspecteur des écoles militaires de France (il paraît qu’il fut le premier à reconnaître le génie militaire de Bonaparte lors d’une tournée d’inspection à l’école militaire de Brienne-le-Château) ami et conseiller du duc Christian IV de Deux-Ponts. Il fut le précepteur du prince Carl-Auguste-Maximilien futur roi de Bavière. Le chevalier de Kéralio décéda à l’âge de 65 ans à Forbach le 13 février 1788 donc quelques jours avant l’envoi de la lettre qui est datée du 19 février.

 

La signature, sans en être formellement certain, pourrait être Maxi éventuel diminutif de Maximilien ce qui correspondrait avec la partie de la lettre dans laquelle l’expéditeur écrit…. » c’est lui qui m’a appris le peu que je sais » puisque le chevalier de Kéralio a été pendant un certain temps son précepteur.

 

Communication: Alain DEMERAUX  Description historique : Marcel GANGLOFF